Le bord de mer dans le Royaume de Jordanie

bord de mer jordanie

A la chaleur du désert d’Arabie répond le calme bienfaisant de deux mers dans le Royaume de Jordanie. L’une Morte, l’autre Rouge, elles évoquent le long de leurs rives les contes des Mille et une Nuits. Autrefois, les souverains arabes y venaient pour le repos de leur âme, trouvant dans leurs sources le pouvoir de l’apaisement. En voyage à pied ou en randonnée chamelière, plongez dans la fraîcheur bienvenue des eaux de la Jordanie.

La mer Morte de Jordanie

Née d’une fracture de la terre, la mer Morte manque, chaque jour, de disparaître. Son évaporation engendre goutte à goutte sa disparition, sous l’œil majestueux du mont Nebo où, dit-on, mourut Moïse. Renommée pour sa salinité, les Grecs la baptisèrent mer Morte, car aucun poisson ne pouvait y survivre. Point le plus bas de la terre, à quelque 310 mètres en dessous du niveau de la mer, elle permet, lors d’un voyage liberté, d’y flotter sans bouger. Sous l’Antiquité déjà, Cléopâtre et la reine de Saba appréciaient les vertus dermatologiques de sa boue, riche en sels minéraux. Apaisante, bienfaisante, la mer Morte se déploie pendant des vacances ou un circuit tel un trésor de beauté.

Résultant des caprices du vent et de l’érosion du temps, des canyons s’élèvent au loin de ses rives. Au cœur de leurs roches pointant vers le ciel, des wadis d’eau fraîche se révèlent. Bordés de jardins suspendus, de lauriers roses, leurs rocs et leurs cascades se prêtent à l’escalade et au canyoning, lors d’un voyage sur mesure, offrant des paysages enchanteurs.

La mer Rouge borde la Jordanie

Surnommée « le jardin d’Allah » par les Jordaniens, « le couloir des merveilles » par le commandant Cousteau, la mer Rouge fascine depuis la nuit des temps. Le bleu de ses rivages cache une oasis sous-marine, qui frappe les imaginaires tel un mirage. Dans ses récifs coralliens, la danse des requins, des dauphins et autres poissons multicolores offre un spectacle d’une beauté inégalée lors d’une plongée. Petite fenêtre sur le mer Rouge, le golfe d’Aqaba semble veiller, indifférent au temps qui passe, sur ces merveilles millénaires.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de